Archives Auteur

Expedition Inconnue : la chasse de la chouette d’or

Cet épisode-ci était, à mon goût, du même niveau que Expedition Unknown: The Secret : très bien réussi avec une chute qui va bien !

Des super images de Michel Becker visiblement ravi de participer avec une information que j’ai beaucoup aimée : le visuel le plus difficile est celui de la 650 (oh combien, je suis d’accord avec lui). Et un conseil de sage : RESTEZ SIMPLE (oh combien, je suis d’accord avec lui, je sais, je me répète).

Et puis, des images de la chouette d’or qui font plaisir à voir. Un focus et des mots fort sympathiques sur le groupe de chouetteurs de Bourges à plusieurs reprises, y compris vers la fin.

De l’action, des clichés sur la France qui m’ont bien fait sourire (le café, la baguette…). De l’humour, des mésaventures. Bref, c’est vraiment bien retranscrit et pourtant, pour un oeil extérieur, ce n’était pas gagné.

A voir et à revoir ici sur Youtube.

En décembre dernier, lors du tournage de l’épisode sur le code de la partition impromptue, Josh Gates était assis à une table à l’hôtel en train de travailler sur le montage de cet épisode chouettesque. Lors de notre échange, il m’a confié qu’il avait trouvé les énigmes très compliquées. Visiblement, le montage l’a été tout autant car il aura fallu 9 mois.

Conclusion : « Owl be back »

Le dernier code nazi

Il s’agit du titre de l’épisode 1 saison 6 d’Expedition Inconnue diffusée sur Discovery Channel aux USA. L’épisode est disponible sur Youtube ici.

Quelques remarques :

  • il n’y a aucune mention des runes de Tolkien. Et pourtant, cela me semblait, ô combien, passionnant (voire le plus intéressant). Les producteurs m’ont dit avoir trop peur des droits d’auteur.
  • c’est vraiment un film et non un documentaire. L’action est privilégiée, les sources ne sont pas vérifiées, le montage doit être le plus fun possible. C’est visiblement pour du très grand public et ça m’a laissé perplexe.
  • je pensais avoir un accent correct. Il faut croire que non (vous comprendrez en regardant).
  • je n’ai pas compris pourquoi ils souhaitaient parler des légendes. Ca n’apporte rien et ça n’est pas dans le thème du film.
  • je trouve qu’on reste quand même sur notre faim. Il manque une bonne chute.

Mais bon, c’était quand même très intéressant de faire ces recherches et de participer à cette émission. J’ai bien aimé Josh Gates et toute son équipe. Ils m’ont offert et dédicacé une vieille édition du Hobbit.

1o 050 16 2 19

Version avec Kühlungsborn

Un jour, mon père m’a fait part d’une réflexion intéressante : si je devais cacher un trésor, je le cacherai dans ma région car c’est celle que je connais le mieux. Appliqué à la chouette, l’Alsace semble donc la bonne région (ouf, c’est aussi là-bas que je pense que la chouette se trouve). Mais appliqué à la marche impromptue, cela signifierait que la Saxe-Anhalt serait la bonne région car Martin Bormann y est né. Et là, c’est intéressant puisque cela confirmerait mes premières impressions (j’ai bien écrit impressions et non déductions) 🙂

Pour plusieurs raisons, le Harz, massif montagneux situé au milieu de l’Allemagne en Saxe-Anhalt semble un spot intéressant pour cette Marche Impromptue. Tout d’abord, Martin Bormann a passé toute son enfance tout près du Harz. Ensuite, le fameux M sur la partition est lui aussi au milieu de la carte. Pour continuer, les montagnes du Harz sont truffées de galeries souterraines creusées et utilisées pendant la seconde guerre mondiale, dont certaines pouvant accueillir des trains entiers. D’ailleurs, nombre de chasseurs pense qu’il reste des galeries inexplorées pouvant cacher une partie du trésor nazi. Des auteurs de films et de livres à succès (dont « le musée perdu » de Steve Berry) y place une partie de leur intrigue. Enfin, cela viendrait confirmer l’inspiration du Hobbit de Tolkien car il y parle de « la Terre du Milieu » et du mythe de la Terre Creuse.

Ainsi, l’intersection de Glücksburg-Mittenwald avec Säckingen-Kühlungsborn se coupe justement dans le Harz, au nord de Lautenthal. Ici, dans cette partie du Harz, il y a un lieu rattaché à la musique « Mandonlinehütte » et au pianiste Heinz Engelhard Steinweg. L’intérêt supplémentaire de ce spot est l’explication du M au milieu de la partition serait le nom du lieu en question.

Version avec Königsstuhl

Cependant, si on s’applique à utiliser les 4 villes précédemment trouvées (2 en lien avec des rois et 2 en lien avec des musiciens) et qu’on trace l’intersection de Glücksburg-Mittenwald avec Säckingen-Königsstuhl, nous tombons très précisément sur un petit aérodrome : le Flugplatz Eisenach-Kindel.

C’est un lieu plausible et intéressant à plus d’un titre : tout d’abord, il est situé au milieu de l’Allemagne, tout comme ce fameux M. Ensuite, on apprend sur la page wikipedia de l’aérodrome que celui-ci a été réquisitionné et exploité par la fameuse Luftwaffe (Wehrmacht). Enfin, l’aérodrome est accolé à une forêt : Si quelqu’un avait envie d’y cacher quelque chose, il aurait pu assez discrètement atterrir dans ce petit aérodrome (il n’est vraiment pas grand), aller facilement à pied dans la forêt, et y enterrer un petit colis et revenir très rapidement.

Enfin, voici une plausible explication pour le début de « 1o 050 16 2 19 ». Cela pourrait être une coordonnée géographique. 1o serait donc 1 degré Est (Ost en Allemand signifie Est). A l’époque, le système géodésique allemand est visiblement basé sur DHDN Gauss Kruger.

Enfin, pour ceux qui s’intéressent à mes modestes propositions de décryptage, sachez que tout près de ce petit aérodrome a été découvert en 1928 les grottes du Hörselberge. Une possibilité intéressante puisque, la même année, Martin Bormann était Officier de Presse de la région de Thuringe avant de devenir « chargé d’affaires ». Cela justifierait qu’il ait eu connaissance de cette petite grotte et ce qui justifierait l’utilisation précise d’une machine à écrire.

A 40km de là, dans la même région, se trouvent les mines de sel de Merkers dans lesquelles ont été découverts en avril 1945 par le général Patton : 250 tonnes d’or et d’argent, 400 tableaux des musées de Berlin et de nombreuses caisses contenant divers trésors, dont le buste de Néfertiti.

Théoradit, sur la chasse de Frère Guillaume

Très récemment, étant donné la petite activité, le forum des chasseurs du trésor de Frère Guillaume a été supprimé par l’hébergeur. Fort heureusement, il a été réactivé et cet avertissement m’a conduit à extraire l’ensemble des Théoradits dudit forum.

Les voici donc au format pdf : THEORADIT

J’en profite pour manifester ma tristesse suite à l’arrêt de la chasse de la Pomme d’Or. J’espère au moins connaître un jour les solutions. En Normandie, il ne reste plus qu’une seule chasse au long court. J’espère que Théor saura lui donner une impulsion à défaut d’une autre trajectoire.

Les Runes – GMSKANBZ

Comme mentionné précédemment, quasiment toutes les runes sont issues du livre Hobbit de Tolkien. Mais il reste encore beaucoup de questions :

  • 3 runes sont attachées à une clé de Fa en début de portée : est-ce que cela signifie qu’on a affaire à 3 parties distinctes ?
  • La majorité des autres runes se trouve dans la première mesure des portées et la seconde très grande partie tout à la fin des portées. La position sur la portée a-t-elle de l’importance ?
  • Il y a également des rectangles sur différentes lignes, qui peuvent sans doute être remplacés par les notes de musique en notation allemande. S’il s’agit bien de notes de musique, pourquoi utiliser une notation musicale alors que l’alphabet runique était a priori suffisant ?
  • Sur la 9e portée, la rune est l’inverse de celle de l’alphabet de Tolkien qui donne « & ». Mais cette rune existe en revanche dans la bonne position dans l’alphabet proto-germanique et c’est Eihwaz, soit la lettre E. L’auteur s’est-il trompé volontairement ?
  • Le dernier signe n’est pas une rune mais s’approche plus du symbole magique islandais Ægishjálmur. Pourquoi ?

454px-Aegishjalmr.svgEnfin, malgré la certitude de l’alphabet de référence, il est parfois difficile de déterminer la bonne rune. Seules les 9 premières runes sont clairement identifiées : GMSKANBZ.

Que faire avec ce début de crypto ? Une des propositions est d’utiliser la fameuse machine allemande Enigma utilisée pendant la seconde guerre mondiale. Pour avoir utilisé une fois cette machine complexe, soit Les paramètres de configuration (rotors et connexions) de la machine ne sont visiblement pas écrits en clair sur la partition, soit ils sont carrément manquants parce qu’ils sont sur un autre document que je n’ai pas.

Ou bien il s’agit d’une autre méthode… et voici ce que je pense : la partition représente une carte de l’Allemagne. Et chacune des runes est un lieu important aux yeux de l’auteur à l’époque de sa création.

Ce qui me fait écrire cela est Ægishjálmur. Il est fort à parier que ce symbole magique islandais représente le fameux « Nid d’aigle ». Dixit Wikipedia : « Martin Bormann fait construire le Kehlsteinhaus, à Obersalzberg, non loin du Berghof, la résidence de Hitler près de Berchtesgaden dans les Alpes bavaroises, à toute proximité de la frontière autrichienne. Il en fait cadeau au Führer pour son 50e anniversaire. »

Et surtout, tout comme Ægishjálmur, il se situe à l’extrémité, en bas à droite sur la carte de l’Allemagne ! Reste à replacer les autres runes sur la carte d’Allemagne. Fastidieux travail qui, une fois réalisé, apporte-t-il vraiment quelque chose ?

Dernière proposition : GMSK serait les initiales des 4 villes précédemment trouvées : soit Glücksburg-Mittenwald-Säckingen-Kühlungsborn soit Glücksburg-Mittenwald-Säckingen-Königsstuhl. Nous verrons dans le prochain post ce que nous pourrions en faire.

En revanche, une bonne question est de savoir comment Martin Bormann aurait pu connaître ce livre. En effet, le roman est publié en 1937 au Royaume Uni. Il attire rapidement l’attention des éditeurs étrangers  et à l’été 1938, peu avant le début de la Seconde Guerre mondiale, la maison d’édition allemande Rütten & Loening, souhaitant publier Le Hobbit dans son pays, écrit à Tolkien pour s’enquérir de ses éventuelles origines juives. Trouvant les lois de ségrégation nazies « démentes » et leur doctrine raciale « totalement pernicieuse et non scientifique », Tolkien écrit à son éditeur pour lui signaler son refus de toute traduction allemande dans ces conditions. C’est en 1957 seulement que le Hobbit sort en Allemand.

A ma connaissance, Martin Bormann ne parlait pas anglais. En revanche, sachant que le Hobbit a d’abord été écrit pour les enfants et sachant que Martin a eu 10 enfants, on peut supposer qu’ils avaient une nounou anglaise (je n’ai pas réussi à avoir l’information) qui aura parlé des runes de Tolkien. Ou mieux encore, une nounou Islandaise qui connaissait le fameux symbole magique.

Dessin en relation avec la Pomme d’Or

Tout d’abord, je profitPomme d-or 001e de cette tribune pour remercier chaleureusement Raynald, administrateur du forum de la Pomme d’Or. On ne s’est jamais rencontré mais il ressort de nos échanges beaucoup de respect et d’intégrité, chose que j’apprécie particulièrement.

Voici donc le dessin que Théobald Wiesner a communiqué et qui mérite une petite analyse. Bon décryptage.

Codebreakers.eu – énigmes basées sur Enigma

EnigmaLe site www.chasses-au-tresor.com a attiré mon attention sur une série d’énigmes cryptographiques, créée par une association en Pologne et basée sur la fameuse équipe de mathématiciens de Poznan qui a réussi, contre toute attente, à casser la machine nazie Enigma servant à chiffrer et déchiffrer toutes les communications pendant la seconde guerre mondiale.
http://codebreakers.eu/

Ayant compris que le lot était un voyage en Pologne (à Poznan), j’ai invité Opportun et sa femme dans l’aventure avec en tête de les rejoindre à Poznan (car je travaille et vis en Pologne depuis presque 2 ans). Les 21 réponses qu’il fallait apporter tournaient toutes autour de la cryptographie. Mais c’est la dernière énigme que j’ai le plus appréciée car il fallait utiliser la fameuse machine Enigma.

Machine_à_crypter_EnigmaVisiblement plus de 2200 personnes dans le monde ont participé au jeu. Nous sommes arrivés 10e et avons gagné un petit prix. Mais pas de déception car finalement il n’y avait pas de voyage à gagner (j’avais mal lu) mais des tablettes et smartphones. La prochaine fois, comme bonne résolution, Opportun évitera de partir en week-end en amoureux pour la phase finale 🙂

Et maintenant, sans quitter ni le pays, ni la période, je retourne à la Marche Impromptue et à l’histoire allemande de la seconde guerre mondiale.

Haut de Page