Archives pour la categorie ‘La chouette d’or’

Expedition Inconnue : la chasse de la chouette d’or

Cet épisode-ci était, à mon goût, du même niveau que Expedition Unknown: The Secret : très bien réussi avec une chute qui va bien !

Des super images de Michel Becker visiblement ravi de participer avec une information que j’ai beaucoup aimée : le visuel le plus difficile est celui de la 650 (oh combien, je suis d’accord avec lui). Et un conseil de sage : RESTEZ SIMPLE (oh combien, je suis d’accord avec lui, je sais, je me répète).

Et puis, des images de la chouette d’or qui font plaisir à voir. Un focus et des mots fort sympathiques sur le groupe de chouetteurs de Bourges à plusieurs reprises, y compris vers la fin.

De l’action, des clichés sur la France qui m’ont bien fait sourire (le café, la baguette…). De l’humour, des mésaventures. Bref, c’est vraiment bien retranscrit et pourtant, pour un oeil extérieur, ce n’était pas gagné.

A voir et à revoir ici sur Youtube.

En décembre dernier, lors du tournage de l’épisode sur le code de la partition impromptue, Josh Gates était assis à une table à l’hôtel en train de travailler sur le montage de cet épisode chouettesque. Lors de notre échange, il m’a confié qu’il avait trouvé les énigmes très compliquées. Visiblement, le montage l’a été tout autant car il aura fallu 9 mois.

Conclusion : « Owl be back »

QUESTION No 30 DU 1996-08-23

C’est une question qui me concerne personnellement. Ne comprendrons que ceux qui savent un peu plus de moi. Désolé pour les autres.

TITRE: QUESTION PERSONNELLE
Votre pseudo MAX VALENTIN a-t-il un lien avec un personnage celebre ayant pu vous inspirer pour la realisation de laA chasse ? PRIAM
NON. J’AI CHOISI « MAX » PARCE QUE C’ETAIT COURT (JE N’AVAIS PAS VRAIMENT ENVIE DE SIGNER « AMITIES — JEAN-CHRYSOSTHOME »), ET J’AI TROUVE « VALENTIN » DAS UN ANNUAI- RE. AMITIES — MAX

Une double cache pour le final terrain ?

Voici un idée que je vous soumets : et si le final terrain se passait en 2 étapes ? La SS ne donnerait pas la localisation de la chouette en bronze mais la localisation d’une petite boite toute proche de la cache. Cette boite contiendrait des indications finales pour creuser.

Cela pourrait expliquer que, je cite de mémoire, « le final de la chasse ne ressemble à aucun autre que Max a créé ultérieurement » et expliquerait ce madit :

QUESTION No 27 DU 2001-11-30

TITRE: SENS OBLIGATOIRE SUITE

BJ MAX.A QR21 EN COURS VOUS DITES QUE SI L’ON RETOURNE EN PELERINAGE SUR LA CACHE ON Y IRA SANS DOUTE AUTREMENT.N’EST-IL PAS POSSIBLE, AYANT LA SUPERSOLUTION ET LA 2EME CARTE,DE S-Y RENDRE DES LA PREMIERE FOIS AUTREMENT? TENACE.

NON, TENACE ! A VOUS DE DEDUIRE DE CETTE REPONSE CE QU’IL FAUT EN DEDUIRE ! ET BRAVO, VOUS AVEZ POSE LA BONNE QUESTI ON ! AMITIES AMUSEES — MAX

La grande question est donc « pourquoi mettre une double cache » ? Je vous soumets juste des propositions.

  • Première possibilité : la cache du bronze est dans un endroit tellement anodin qu’il faut bien plus que quelques reliquats pour expliquer où creuser au centimètre près. La boite contiendrait donc une feuille explicative. La boite pourrait, elle, se trouver tout proche d’un lieu habité et permettait à Max d’être averti quand quelqu’un serait très proche de trouver le bronze (l’histoire des 2h).
  • Autre possibilité. Max a toujours dit qu’il ne fallait ni boussole, ni chaine d’arpenteur. Mais, dans l’hypothèse d’une double cache, Max aurait très bien pu mettre boussole et chaine dans une boite sans pour autant se contredire. Le chasseur n’aurait plus qu’à les utiliser pour savoir où creuser.

La découverte d’Howarde en direct du tournage pour France 2

Howarde et moi avons fait un aller-retour Caen-Sélestat pour réaliser des prises de vue sur la Chouette d’Or en vue du reportage d’Envoyé Spécial sur les chasses ludiques et les chasses historiques.

Outre une partie terrain dans une forêt domaniale, nous sommes allés voir les Sentinelles, les 3 portes de la ville de Sélestat. Juste en face de la porte de Brisach, aussi appelée Tour de l’Horloge, il y a une des plus belles maisons de la ville. En direct devant les caméras, Howarde a remarqué que le titre de la 560 « Ad augusta per angusta » y était peint !!!

Joli clin d’oeil mais, surtout, de fortes chances que Max se soit inspiré de cette locution latine car j’ai du mal à imaginer qu’on cite une phrase d’un livre de Victor Hugo sans l’avoir relu quelque part.

Merci à Howarde pour l’accompagnement et sincères félicitations pour ce joli scoop !

Merci également à Jacques pour nous avoir mis en relation avec l’équipe de France 2. Les journalistes étaient très bien informés et très sympathiques et ils m’ont dit qu’ils parleraient aussi de chasses-au-tresor.com.

Heureusement qu’Howarde a accepté de venir, non seulement pour le scoop, mais aussi parce qu’elle sera, semble-t-il, la seule « chasseuse » à passer à l’antenne 😉

PS : Bonne année à tous !

Le clin d’oeil de ChAT (plus ou moins volontaire) sur ma Nef Encalminée

Impossible de passer à côté : sur le site www.chasses-au-tresor.com, ChAT a publié un article concernant une chasse au trésor sur Neuf Brisach, le lieu de ma Nef Encalminée. Il même est fort possible que ChAT ait également fait le rapprochement.

Toujours un plaisir de lire ce webzine.

Le post en question : http://www.chasses-au-tresor.com/activites-enfants-et-familles/le-secret-de-vauban.html

Super Solution – Une question de reliquats

La super-solution est une énigme cachée dans les autres et composée de reliquats qu’il faut trouver. Voici quelques informations sur ces derniers :

  • Les reliquats sont définis comme des « éléments qui subsistent après décryptage ». La solution d’une énigme ou une clé de passage ne peut pas être un reliquat.
  • La nature de ces éléments est toujours la même et peut être comprise « au bout de cinq à six énigmes ». Il y a un « truc » astucieux et logique qui permet de repérer les bons reliquats car tout n’est pas à retenir.
  • Certaines énigmes ne contiennent aucun reliquat (c’est le cas de la B), d’autres en contiennent un, d’autres encore en contiennent plusieurs. Les reliquats ne sont, de toute façon, pas nombreux.
  • Les reliquats ne sont pas des éléments bruts tirés des énigmes (ils ne sont pas extraits des titres, textes ou visuels bruts de fonderie).

Comme beaucoup de chercheurs, j’ai envisagé plusieurs « trucs » pour extraire les reliquats : musique, tracés, symboles… Etant donné mon incapacité à trouver le « truc », je me contenterai de souligner quelques endroits probables où peuvent se cacher des reliquats.

Reliquats dans la 530

La charade compte huit vers, quatre rimant en « in » et quatre en « age ». Sauf un, qui rime en « ache » et c’est volontaire : « JE PREFERAIS « ACHE » A « AGE ». ET TANT PIS POUR LES MANES DE RONSARD ! ». « Aux limites de l’ETERNITE », il se cache 2 lettres E. L’une est utilisée pour la solution de l’énigme, l’autre pourrait être un reliquat.

Par ailleurs, dans le décryptage de base de l’énigme, je ne donne aucune explication pour « la vérité, en vérité, ne sera pas affaire de devin ». Voici donc une proposition : le Sage est l’alchimiste, celui qui mélange des produits pour en obtenir d’autres. On est donc invité à mélanger Vérité et Devin pour obtenir autre chose. La phrase nous invite à retenir une ou plusieurs lettres du mot Vérité (« en Vérité » signifie « dans le mot vérité ») qui ne font pas partie du mot « Devin ».  VERITE – DEVIN = R & T. Or, dans cette énigme, nous avons affaire à une charade ne donnant qu’une lettre par ligne. On retiendra donc la lettre S. Ce dernier vers rime avec le vers sur le venin : ces 2 vers permettant toutes 2 de trouver un S, il est donc possible que cette lettre soit un reliquat.

Confirmation avec l’IS du 2 et 3 août 1993 sur TF1 : IL N’Y A QU’UNE SEULE VERITE, ET IL FAUT LA TROUVER. MAIS LE CHEMIN EST PARFOIS TORTUEUX ET SEME D’EMBUCHES. A QUI LA FAUTE ? PAS A MOI ! Cette I.S. ne peut être comprise « qu’un peu avant la toute fin du jeu ». Cette IS peut également s’écrire : il n’y a qu’une seule lettre dans le mot Vérité et il faut la trouver. On trouve le S qui est aussi le nom que l’on donne aux routes sinueuses (chemin tortueux) ainsi que le S du Serpent cause de la « faute », du péché originel.

Reliquat dans la 600

Nous avons vu que l’Einsteinium était écrit de manière non académique : « Es » au lieu de « E ». Une seconde fois, un S pourrait être un reliquat.

Reliquats dans la 420

Mercure et Vénus ne sont pas représentée dans le visuel alors qu’elles auraient pu l’être. M et V sont-ils des reliquats ? A moins qu’il ne faille retenir leur symbole ? Dans cette seconde option, on remarquera qu’ils sont quasiment identiques pour les 2 planètes : cercle et croix accolée en dessous. Sur une carte précise, ce symbole est aussi celui d’une église ou d’une chapelle.

On remarque également que le mot CENT n’est pas crypté alors que Max aurait pu le faire à l’aide des planètes Neptune et Terre. Mais quel serait le reliquat ?

Et après ?

Max ayant dit qu’il ne fallait pas plus de 2h pour trouver le « truc » pour extraire les reliquats et que cette énigme était la plus facile.

650 – L’excellente question sur l’hôtel du Lotus Bleu.

Avec Dabo et Neuf Brisach, nous voilà maintenant projeté dans l’Est de la France. Les choses s’affinent car c’est l’avant dernière énigme avant de trouver la zone où est enterrée la chouette. C’est sans doute l’énigme la plus difficile selon Max mais c’est surtout l’énigme qui confirme la totalité des éléments trouvés dans les énigmes précédentes.

En reliant Dabo à Neuf Brisach, on remarque que le trait a presque la même inclinaison que le manche de la pelle du visuel. Je ne m’attarderai pas sur l’inclinaison exacte du manche de la pelle car elle ne sert pas dans cette énigme et constitue la clé de passage pour l’énigme suivante. Je précise également que c’est bien en suivant le cheminement décrit dans ce post, que j’ai décrypté puis trouvé l’homme à la pelle. Très important : même en ayant le manche de la pelle, je n’avais jamais pensé que l’homme puisse aussi être une partie de la carte de France !

Le titre utilise le verbe « révéler » ce qui invite à « demander notre reste » en utilisant la clé de passage de l’énigme précédente : la droite Bourges-Source de l’Aube qui révèle la Lumière Céleste. Cette droite coupe l’axe Dabo – Neuf Brisach juste à gauche de Sélestat, au niveau de la sortie numéro 17 de l’autoroute A35. C’est le fameux « là » de l’énigme et c’est aussi la main de l’homme à la pelle (rappelons que Max a dit que la position de la main sur le manche n’avait pas d’importance).

2640m (8000 mesures) imposent de se procurer une carte précise (une carte au 1:25 000 convient parfaitement par rapport à la précision demandée) afin de voir ce qu’il y a à l’Est de « là ». Sur cette nouvelle carte, on repère très facilement la bretelle d’autoroute numéro 17 et, à 10,56 cm, on tombe en plein milieu du coeur historique de la ville de Sélestat. Il s’agit maintenant de faire des recherches dans cette ville.

Les Sentinelles, l’Homme à la pelle et le Passage en Revue font immédiatement penser à des constructions militaires. Ayant rencontré la présence de Vauban dans les énigmes précédentes (Neuf Brisach et Phare des Baleines), il est possible que ce dernier ait son mot à dire dans cette énigme aussi. Les silhouettes en arrière-fond indiquent que les sentinelles sont au nombre de 3.

Sélestat a vu la construction de 4 remparts ou enceintes sur une période de 500 ans :

  1. Premier rempart : en 1217, à la demande de l’empereur Frédéric II, dont il ne reste que la porte Basse, encore appelée Tour des Sorcières.
  2. Deuxième rempart : en 1280, une extension du premier rempart dont il reste la porte de la Tour Neuve ou Tour de l’Horloge.
  3. Troisième rempart : première moitié du XVIième siècle dont il ne reste rien.
  4. Quatrième rempart : entre 1675 et 1691, construits par Jacques Tarade et Vauban, sur ordre de Louis XIV. Ce rempart comportait 3 portes monumentales : la porte de Strasbourg, la porte de Brisach et la porte de Colmar. De cette enceinte, il ne reste que la porte de Strasbourg et un mûr de remparts près du quai de la rivière Ill.

Le Passage en Revue donne donc : Sorcières, Horloge et Strasbourg. Pour l’élégance de l’énigme, les 2 chiffres « 7 » du visuel sont chacun sur une silhouette : le S de Sept correspond aux initiales de 2 des portes.

C’est l’Excellente Question qui parle de l’hôtel du Lotus Bleu qui m’a permis de trouver comment utiliser le fruit du décryptage (Strasbourg, Horloge et Sorcières).

  • Question : SI VOUS AVIEZ VOULU INDIQUER QUE L’HOTEL DU LOTUS BLEU ET LA CROIX DE L’ANCRE SONT DES REPERES, AURIEZ VOUS DEMANDE A BECKER DE DESSINER UN LOTUS ET UNE ANCRE BIEN QU’ILS NE FIGURENT PAS AVEC CES NOMS SUR LA CARTE ?
  • Réponse : PAS OBLIGATOIREMENT. SI CET HOTEL ET CETTE CROIX SE TROUVAIENT PAR EXEMPLE SUR UN PORT, LES TEXTES OU LES VISUELS (OU LES DEUX) POURRAIENT FAIRE UNE ALLUSION A UN LOTUS OU A UNE CROIX S’IL N’Y AVAIT PAS D’AUTRE POSSIBILITE DE LES SIGNALER. CECI EST UNE EXCELLENTE QUESTION, ET JE SUIS HEUREUX QU’ON ME LA POSE ENFIN ! J’AI SOUVENT DIT QUE TOUT CE QUE CONTIENT LE LIVRE NE FIGURAIT PAS FORCEMENT  « EN CLAIR » SUR LA CARTE, ET QU’IL Y AVAIT D’AUTRES MOYENS DE SE RENSEIGNER…

La réponse est donc tout simplement Strasbourg. Dans cette ville traversée par le Rhin se trouve la Nef de la Cathédrale Notre Dame de Strasbourg abritant la fameuse Horloge astronomique. Wikipedia indique que cette cathédrale hérite de la fameuse légende du vent soufflant : « autrefois, le Diable survolait la terre, en chevauchant le vent. Il aperçut ainsi son portrait sculpté sur la cathédrale. C’est le Tentateur, en train de courtiser les vierges folles – appelées aussi Sorcières – (Matthieu 25, 1-13), et qui est représenté sous les traits d’un jeune homme séduisant ; son dos s’ouvre et l’on voit en sortir des crapauds et des serpents, mais aucune des jeunes filles naïves auxquelles il s’adresse ne le remarque. Très flatté et curieux, entra dans la cathédrale pour voir si d’autres sculptures le représentaient à l’intérieur. Retenu prisonnier dans le lieu saint, il ne put en ressortir. Le vent l’attend toujours sur le parvis et hurle aujourd’hui encore d’impatience sur les places autour de la cathédrale. Le Diable, furieux, fait le courant d’air, au fond de l’église, à la hauteur du pilier des anges. »

En positionnant la ville de Strasbourg, j’ai tout de suite remarqué qu’elle correspondait à la tête de l’homme à la pelle (et dans sa forme et dans sa localisation sur le visuel). Il ne restait plus qu’à observer que le corps représentait le Rhin (que l’on trouve aussi dans les fameux chiffres), et à relier Strasbourg avec Sélestat pour former la rivière Ill, un bras du Rhin, d’épaisseur égale sur la carte comme sur le visuel. Effectivement, le bras de cet homme n’a aucune forme, il n’a pas de coude et il épouse ainsi exactement la rivière Ill. Et le noir à droite représente la forêt noire en Allemagne. Il s’agit d’une magnifique stéganographie.

L’inclinaison du manche de la pelle est la clé de passage qui servira pour la prochaine énigme.

Remarque post-liminaire : la pelle de la 650 et l’épée de la 470 ont une inclinaison identique, une taille identique et un point d’encrage identique.

Haut de Page